6 jours à Prague

Notre programme

Octobre 2018

Cette fois-ci, on va un peu dans l'inconnu. Les échos sur la capitale tchèque sont souvent assez bons, mais on a tout préparé assez tardivement, et on s'attendait à pas grand chose. Généralement, les gens disent qu'on peut faire la ville en 2-3 jours. Alors oui, les allées bondées de touristes vous les ferez assez vite mais je vous garantis que nos 6 jours passés là-bas n'étaient pas de trop ! Finalement, c'est peut-être le meilleur city-trip qu'on aie fait pour le moment ! Incomparable aux autres villes, découvrez notre programme chez les premiers consommateurs de bières en Europe, c'est parti !

On arrive au petit matin et là, grand soleil, prévu presque toute la durée du séjour, et ce n'est pas courant dans la région, surtout à cette période ! Décidément on a de la chance sur ce point.

L'aéroport est assez petit, et pas bondé, ça aussi c'est étonnant pour une capitale. Prenez le bus 119 pour une vingtaine de minutes jusqu'au terminus pour rejoindre l'arrêt de métro Nádraží Veleslavín (presque impossible de se tromper).

La première photo pratique qu'on vous met est donc celle des lignes de métros et ce n'est pas pour rien. A Prague, où que vous alliez vous aurez le métro ou (et surtout) le tram.

On continue sur la ligne de métro A jusqu'à Muzeum, puis on change de ligne, en prenant la C jusqu'à Nádraží Holešovice. De là, à pied, il nous reste quelques minutes pour rejoindre notre hôtel, trouvé sur Booking, le Petit Hôtel, oui oui le nom est français. On est obligé de notifier que les chambres sont incroyablement petites, comme son nom l'indique après tout vous n'avez quasi rien à part la salle de bain et le lit, mas l'important n'est pas là. Le personnel était très agréable, et le buffet de petit déjeuner pour 35k (5e) était très correct. Malheureusement, il est seulement 10h et notre chambre n'est pas disponible avant 15h... déjà un changement de programme... mais après tout c'est courant dans les hôtels. On laisse les valises là et on décide d'aller manger quelque chose et de prendre un peu d'avance sur la visite de notre quartier initialement prévue un autre jour. En République-Tchèque, une des chaines de supérettes les plus connues est Albert. Après avoir fait le plein, notre séjour commence.

Jour 1

Karlin,ZIZKOV

Il est presque midi, on es donc dans le quartier de l'hôtel, au nord de la ville, le quartier Holesovice, un ancien quartier industriel assez agréable qui se développe beaucoup ces derniers temps. On va déjeuner dans le parc un peu à l'ouest, Stromovka. Assez étendu, avec un planétarium, c'est l'un des nombreux parcs de la ville. En sortant, on boit notre première bière en plein air sur la très belle place du quartier (la pinte moins chère que de l'eau ou un café on précise).

1/8

A 15h, on a notre chambre, on laisse donc les valises et on est parti pour le programme initial de la journée, la visite des quartiers Karlin et Zikov à l'est de la ville. Là encore, il s'agit d'anciens quartiers ouvriers, remis au gout du jour avec une architecture haute en couleurs.

Pour les transports jusqu'au premiers lieux d'itinéraires on sera très bref tant il est simple d'utiliser les transports en commun à Prague. Direction Karlin !

Jardins de Kaizel

Kaizlovy sady

Rien d'extraordinaire ici, c'est juste le point de départ à travers l'un des nombreux jardins de la capitale. L'Hôtel des invalides y réside (inspiré de celui de Paris oui oui).

En continuant vers la prochaine place, vous pourrez passer par une rue qui ressemble à un quartier proffessionnel, neuf et bien originale avec ces statues de nageurs.

1/2

Place Lyčkovo

Lyčkovo náměstí

1/4

Là encore, un petit parc avec des bancs, cet imposant bâtiment est une.. école primaire !

Ensuite, longez la rue Křižíkova jusqu'au prochain lieu, une grande place avec une église, en plein Karlin. La météo et les couleurs de ce quartier apaisent.

Place Karlínské

Karlínské náměstí

La place peut être considérée comme le centre du quartier Karlín. Elle est dominante et dominée par l'église St Cyrille et Méthode, construite en 1854-1863. Du printemps à l'automne, il devient un lieu de marchés fermiers et d'événements culturels intéressants. On y reviendra plus tard pour l'aspect culturel.

1/6

Cap sur Žižkov maintenant (qu'on peut assimiler au quartier Mont Martre à Paris). Dirigez vous au sud de Karlin (en passant notamment par le Forum, cette salle d'une capacité de 3000 personnes destinées à des événements culturels), vers un tunnel qui vous promet une ascension assez téméraire ! On prend de la hauteur, et on comprend que Prague est tout sauf plat.

Mémorial national de Vítkov

Národní památník na Vítkově

Après avoir monté le tunnel, il faudra faire encore quelques efforts pour accéder au monument. Entrez dans le parc Vitkov jusqu'au point d’intérêt. C'est assez indiqué.

Vous n'avez qu'à suivre la foule pour arriver jusqu'au cheval monté, assez impressionnant avec ses 9 mètres de haut pour 16.5 tonnes. Ici, on est dans un des nombreux spots de vue les plus cools de la ville, c'est imprenable. Pour la petite histoire, cet édifice a été construit de 1929 à 1932 pour initialement célébrer la mémoire des légionnaires tchécoslovaques qui ont combattu aux côtés des Alliés lors de la Première Guerre mondiale. Il a été agrandi par la suite et a servi de mausolée au président Tchécoslovaque Klement Gottwald. Dès 1990, les communistes ont quitté le mémorial. En 2007, il est alloué au Musée national pour devenir un lieu d'exposition sur l'histoire de la République tchèque et de la Tchécoslovaquie et il n'est finalement ré ouvert au public qu'en 2009. En tout cas, ce lieu est très prisé des touristes, les Tchèques en sont très fiers.

1/6

Parukářka

On redescend pour un autre parc, beaucoup de vert mais la météo est parfaite et on voit de nouveau un beer garden dans le Parukářka. Ajoutez des dizaines de cerf volants et un coucher de soleil qui n'est plus très loin et ça sera idyllique. Un bunker était autrefois installé sous le parc. Après ça on se dirige vers le cimetière Olšany, malheureusement il est presque 19h et il est fermé, à cause du retard qu'on a pris à l'heure où on a eu la chambre. On se dirige vers une autre place assez bondée avec une église.

Église du Sacré-Cœur-de-Jésus Kostel Nejsvětějšího Srdce Páně

1/3

Cette église, construite entre 1928 et 1932 impressionne par sa grande horloge de verre et son cadran de 7,6 m de diamètre incrusté dans un clocher de 42 m de hauteur et qui s’étend sur toute la largeur de l’édifice. Ce bâtiment d'un style assez moderne, censé représenter l'arche de Noé, n'est cependant pas l'édifice religieux le plus esthétique de la capitale à notre goût, avec des briques rouges surprenantes constituant les murs intérieurs (petit rappel du Nord tiens). L'endroit est cependant vraiment sympa, des musiciens jouent sur cette place. En route pour le dernier point de la journée avant le dîner.

Tour de transmission de Žižkov Žižkovská televizní věž

Haute de 216 m, cette tour domine largement le quartier de Žižkov et est sans conteste le monument le plus élevé de la métropole tchèque. Un étage entier de la tour est constitué d'un restaurant gastronomique. Le long de la tour, 10 statues de bébés géants (« Babies ») ont été placées par l’artiste tchèque contemporain David Černý. Il est très connu dans tout le pays, et ce n'est pas la dernière oeuvre qu'on verra de cet artiste durant le séjour.

Côté dîner, on vous conseille le restaurant Morava, juste à côté de là. Prix très corrects, ambiance traditionnelle, portions carrément énormes, la gastronomie tchèque quoi, pas du léger. Pas de photo spéciale, on se rend juste compte tout de suite que le porc est très apprécié ici. En sortant juste à côté vous avez le Palac Akropolis, boîte assez connue de la capitale, si vous voulez vous amuser. Notre journée à nous est terminée, voici l'itinéraire.

Jour 2

Holešovice, letna, Hradcany, Strahov, Petrin

Grand soleil de nouveau au réveil, et tant mieux car c'est sûrement la journée la plus remplie qui nous attend aujourd'hui. On prend le tram pour aller à l'ouest de notre quartier.

Eglise St. Antoine de Padoue

Kostel sv. Antonína Paduánského

1/4

Encore une des nombreuses places dominées par une église. C'est l'église la plus importante du 7ème arrondissement de la capitale, Holesovice. Oui, on ne dit pas tout dès le début, mais Prague fonctionne par arrondissements, 22 exactement, contenant 57 quartiers. Cette église a été construite au début du XXème.

Jardins de Letná

Letenské sady

Allez, on reprend un peu de hauteur pour un nouveau parc, Letna ! Une nouvelle fois, de la bière en veux tu en voilà, tout ça avec une vue superbe sur le pont Charles et le fleuve de la capitale, le Vltava ! On le longe vers l'ouest.

1/3

Métronome

Pražský metronom

1/3

Cette immense sculpture en forme de métronome occupe une place symbolique, un véritable repère. Autrefois, un gigantesque monument à la gloire de Staline se dressait et ne fut dynamité qu’en 1962, soit de nombreuses années après la mort du dirigeant soviétique. Le Métronome, qui pèse sept tonnes, a été installé en 1991. Il devait lui aussi devenir le symbole d’une époque. L’esplanade du monument est devenue le paradis des skateurs.

On descend ensuite pour sortir du parc et se diriger vers le quartier du château.

Jardins Wallenstein

Valdštejnská zahrada

Ces jardins baroques au tracé austère et géométrique furent créés en même temps que le palais Wallenstein, entre 1623 et 1629. Le lieu est ouvert au public, assez bondé et plutôt joli. Une grotte artificielle et ses stalactites surprennent. En été, des concerts et des représentations théâtrales ont lieu dans les jardins. Des expositions ont souvent lieu comme c'est le cas à notre passage.

1/6

On prend de la hauteur en longeant les remparts pour rejoindre le château. Vous trouverez bon nombres de beer gardens sur le chemin, avec des vues époustouflantes dues à la hauteur. Une fois les contrôles de police passés, vous entrerez dans le quartier. Essayez de trouver une billetterie directement, et ne faites pas comme nous en achetant des billets à la sortie du quartier, on a du revenir sur nos pas. Il existe différents forfaits car il y a jusqu'à 11 visites. Désolé on mettra très rarement les tarifs du séjour, ça commence à dater ma mémoire me joue des tours. On commence donc par la ruelle d'or.

Ruelle d'or

Zlatá ulička

1/4

Même si cette petite rue est aujourd'hui très touristique et commerciale, tout comme le quartier en général, elle a une histoire. Initialement, cette rue servit d'habitat pour les domestiques du château dès le XVIème. Ensuite ce fut au tour des archers d'y loger, et enfin aux orfèvres, d'où son nom actuel. Elle fut habitée jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale. Franz Kafka, grand auteur tchèque y a travaillé au numéro 22. Aujourd'hui, après de multiples rénovations vous y découvrirez de nombreuses expositions et boutiques.

Basilique Saint-Georges

Bazilika svatého Jiří

En avançant un peu dans le quartier, on arrive à la basilique Saint-Georges. Fondée en 920, c'est la 2ème plus vieille église de la ville, ce qui en fait l'un des édifices romans les plus importants. Ces deux clochers hauts de 41 mètres sont distincts.

Ancien palais royal

Starý královský palác

On enchaîne avec le vieux palais. Ici, une exposition permanente est présente; elle nous explique l'histoire de la vie au Château. Le cadre est assez impressionnant.

Cathédrale Saint-Guy

Katedrála Sv. Víta

Voici un symbole non pas seulement du quartier mais de toute la ville. La cathédrale Saint-Guy vous impressionnera par ses proportions. Construit dès 1344, elle ne fut achevée qu'en 1929. Elle est tellement grande qu'elle abrite des chapelles ainsi que le tombeau des rois de Bohême et la Salle de la couronne dans laquelle sont conservés les joyaux de la couronne de Bohême. C'est cet édifice que vous pourrez apercevoir au loin sur les différents points de vue de la ville.

1/5

Place Hradčany

Hradčanské náměstí

Cette grande place marque la sortie du quartier du Château. On a l'impression de sortir d'une ville. Imposant, fortifié, cette forteresse en hauteur est vraiment un quartier immanquable de la capitale ! On se dirige maintenant vers la Tour Eiffel Tchèque !

Sanctuaire Notre-Dame-de-Lorette

Loreta Praha

Premier manqué de la journée, le sanctuaire ferme dans 10 minutes, on est donc recalés...

Sachez qu'il s'agit d'un lieu de pèlerinage, contenant une église, plusieurs chapelles et objets de culte datant du XIVe au XVIIIe siècle, dont la pièce maîtresse est le célèbre ostensoir orné de 6 222 diamants. On continue notre chemin vers la tour.

Monastère de Strahov

Strahovský klášter

1/3

Ce monastère de l’ordre des Prémontrés fut fondé en 1140. Il abrite une église de Notre-Dame de l’Assomption ainsi que la célèbre bibliothèque de Strahov et ses nombreux manuscrits médiévaux, ses cartes et ses globes terrestres, mais aussi sa Salle de théologie baroque, sa Salle de philosophie néo-classique couverte de fresques et enfin la Galerie de Strahov, l’une des plus grandes collections de peintures gothiques, baroques et rococos en Europe centrale. L'endroit est plutôt mignons, avec quelques cafés.

Tour de Petřín

Petřínská rozhledna

La veille, au monument de Vitkov, dans la diagonale opposée de la vile, on apercevait déjà cette tour au loin, du moins son sommet. Situé sur la colline d'où elle tient son nom, Petřín, sa construction a été initiée par les membres du Club des randonneurs tchèque, revenus enchantés par la tour Eiffel à Paris. Situé sur le mont de Petřín, la petite sœur du monument parisien a été érigée en 1891. Ajoutons à cela que la construction de la tour, haute de 63,5 m, a englouti 175 tonnes de fer et que 299 marches conduisent vers le sommet qui abrite la verrière d’observation. Vous pouvez également prendre un ascenseur. La montée n'est pas de tout repos, mais une fois là-haut a vue est magique ! Meilleur spot de la ville, et en même temps le plus haut. La montée est payante.

1/4

On voulait redescendre vers le centre en prenant le funiculaire, ce 'tram' en logne droite, à environ 45° du sol. Mais forcément, il était en travaux lors de notre passage...

La descente à pied n'est pas horrible, de beaux jardins jonchent la tour.

Direction le dernier point de visite du jour.

Stade de Strahov

Velký strahovský stadion

1/6

Cet antre est grandiose ! Rendez-vous compte, il s'agit du plus grand stade et le deuxième plus grand complexe sportif du monde ! Ses tribunes aujourd’hui vétustes pouvaient accueillir pas moins de 220 000 spectateurs ! L'équivalent de 9 stades de foot. Construit en 1926 en bois, le béton pris place en 1932. 

Il est initialement voué aux slety (ou « nuées d’oiseaux »), des exercices de gymnastique réunissant des milliers de participants et organisé par la société de gymnastique tchécoslovaque, le Sokol. Cette société était étroitement associée au patriotisme et à la renaissance nationale tchèque de la fin du XIXème siècle. En 1926, 1932 ou 1938, des dizaines voire des centaines de milliers de Tchèques se retrouvent pour exécuter des exercices à la chorégraphie réglée comme les fameuses pyramides humaines.

Le stade de Strahov sera ensuite récupéré par le régime communiste. A partir du Coup de Prague de 1948 et l’arrivée au pouvoir du PC tchécoslovaque, les rassemblements sportifs prendront un autre visage. Un dernier slet est organisé en juin 1948 (Il réunira 500 000 participants sur une semaine) mais des manifestations contre le nouveau régime auront raison du Sokol et il sera interdit une troisième fois (après deux premières interdictions en 1915 par l’Empire austro-hongrois et 1938 par les Nazis).

Dès lors, ce seront les Spartakiades ! Ces rassemblements sportifs de masse mais d’obédience communiste cette fois sont organisés tous les cinq ans. En 1960, un record est établi avec 750 000 participants. A l’origine, les Spartakiades, dérivées du nom Spartacus, ont été créées par l’Union soviétique en 1928 à Moscou en opposition aux Jeux olympiques

Des concerts géants ont également été donnés dans l’enceinte comme les fameux concerts des Rolling Stones de 1990 (100 000 spectateurs) et de 1995 (127 000 spectateurs dont le président de la République tchèque Václav Havel, un grand fan). Se produiront aussi à Strahov Guns N’Roses, Bon Jovi, Aerosmith ou Pink Floyd.

Aujourd'hui et depuis plus de 15ans, l'enceinte sert de centre d'entrainement au Sparta Prague, un des 3 clubs de la ville.

Il est presque 19h, on attend le bus puis on prend le tram vers l'hôtel. Petit passage de fin de journée à Ferdinanda, le petit bar de notre quartier à 100 mètres de l'hôtel, la gérante est adorable. On se rhabille et c'est reparti, direction Karlín, on a bien aimé ce quartier la veille et il semblerait qu'il y aie beaucoup de restaurants intéressants dans cette zone. En marchant, on retombe sur l'église St Cyrille et Méthode, et en pleine fête de la Lumière (équivalent Tchèque), on assiste par hasard à un beau spectacle.

On finit au Gate Restaurant non loin de là, qui nous permet de goûter le plat typique, le svíčková. Un plat en sauce à base de viande de bœuf et de légumes, agrémenté comme il se doit des non moins traditionnels knedlíky, ces boulettes de pâte à la vapeur dont raffolent les Tchèques. Pas franchement exceptionnel, il est souvent servi avec une sorte de chantilly ainsi que de la confiture d'airelles. Ce plat est décliné sous toutes ses formes, et décrit la gastronomie Tchèque, souvent assez consistante et constituée de porc.

La deuxième journée se termine et elle était physique ! Entre le relief et les fortes chaleurs pour un mois d'octobre, on est lessivé. Demain c'est lundi, et c'est déjà la journée où on sort des sentiers battus, on aura l'occasion de se reposer un peu plus mais on part quand même presque toute la journée, enjoy.

Ah oui j'oubliais on a littéralement zappé de faire le jardin royal avant le quartier du château, et puis il fallait encore monter, bref à tester vous nous direz !

Jour 3

CAMP DE TEREZIN

Comme souvent, quand on passe plusieurs jours dans une ville, on aime se déconnecter le temps d'une matinée ou d'une journée. Aujourd'hui, on y est, cap sur le camp de concentration Tchèque le plus important de la seconde Guerre, à Terezin.

On a pris l'offre à 36€ par personne sur GetYourGuide. Vous rejoignez un groupe sur la grand place de la ville que l'on a pas encore visité. Après avoir cherché assez longtemps, in trouve notre groupe, essentiellement composé d'Américains et Anglais, oui car la visite n'est pas disponible en français. Le guide est assez sympa, mais il parle très vite, on vous conseille d'avoir un bon niveau en anglais car on a eu beaucoup de mal. On longe le quartier juif puis on rejoint notre bus, à côté du pont Štefanik. Une heure de bus et 60 kilomètres plus tard, on arrive à Terezin.

1/3

Une fois garé, on descend et on arrive devant le camp. Le premier cimetière annonce déjà la couleur, c'est glaçant. Des milliers de corps reposent déjà ici. Troisième jour dans le pays, et troisième jour de beau temps, au moins ça égaille un peu la visite.

En avançant un peu, on arrive devant l'entrée principale du camps, là aussi on arrive à se projeter facilement dans le passé...

1/3

Une fois la porte passée, on prend encore plus conscience du lieu dramatique qu'est ce camp. Terezin fut un camp de concentration du 24 novembre 1941 au 5 mai 1945. Côté chiffres, c'est près de 140000 personnes qui y furent enfermés. 33419 mourront dans des conditions désastreuses, 86934 seront déportés vers des camps d'extermination, et 17320 prisonniers survivront. Parmi les 15000 enfants bloqués, à peine 1000 s'en sortiront.

Vous vous dites surement, c'est horrible mais on est bien loin des chiffres des camp les plus meurtriers. Mais Terezin, au delà des chiffres, c'était une vitrine pour l'Europe. Une vitrine que les nazis s'étaient appliqués à soigner de par des photos ou des vidéos où les prisonniers faisaient croire à un camp de repos voire même de vacances, un lieu où les juifs étaient censés être heureux, en famille.

1/7

Vous visiterez un tas de pièces. Les bureaux de SS en passant par les douches communes ou les 'chambres' de prisonniers, tout était fait pour que personne ne puisse s'échapper et faire croire que le travail débouche sur la liberté ("Arbeit Macht Frei" "le travail rend libre" en allemand).

Voici quelques clichés des chambres et des douches communes (des vraies douches hein, on rappelle que ce n'est pas un camp d'extermination).

1/5

Il est bientôt 13 heures, on a une petite heure de quartier libre. C'est là qu'on se rend compte que le camp est bien étendu. On essaye de se faufiler un peu partout avant de rejoindre le groupe.

1/4

On repart ensuite vers le centre de la ville, car oui Terezin, c'est avant tout une ville, incroyablement calme aujourd'hui cependant. Direction le musée du camp avec une salle cinéma ainsi que de nombreuses expositions.

1/10

La visite se finit de l'autre côté du camp, au fours crématoires. Ici les grandes pièces ne sont consacrées qu'à ça. Il faut dire que les conditions de vie ont fait qu'il y a eu beaucoup de morts. Mauvaise hygiène, malnutrition, c'est un tas de raisons qui font que le nombre de morts s'élève à près de 34000. Un autre cimetière comptabilisant des milliers de morts est donc ici aussi présent.

1/7

On reprend la route en fin d'après-midi. La visite était vraiment intéressante, mais encore une fois, on vous recommande un bon niveau d'anglais.

Une fois de retour à Prague, petit passage par le Palladium, grande surface aux dizaines de boutiques (équivalent de Lille Europe pour les ch'tis) car il nous faut peut-être un maillot de bain pour l'activité du 5ème jour.

On a pas noté le restaurant du soir, et pour cause; la plupart des restaurants demandent une somme pour le service, mais une pratique du pays et de rajouter un pourboire aux serveurs, chose que l'on a pas fait, et qui n'a pas du tout été bien vu. Mais il y a des limites, c'est pour ça qu'on ne vous dira pas où c'était. Fin de cette journée et première moitié du séjour.

Jour 4

Holesovice est, Mala Strana

Surprise au réveil, c'est nuageux, on ne peut pas se plaindre après 3 beaux jours, surtout que les éclaircis arriveront dans l'après-midi. On démarre la journée avec un approfondissement de notre quartier, Holesovice sud-est puis on ira un peu plus au bord de la Vltava, quartier Mala Strana.

Halles de Prague

Pražská tržnice

C'est le premier point de cette journée, nous on est passé à pied derrière l'hôtel par 2 ou 3 places avant, mais c'était du déjà vu (la place Strossmayerovo avec l'église Saint-Antoine de Padoue). Au final, vous arriverez dans l'un des plus vieux marchés de la capitale avec ses vieilles halles. C'est convivial mais un peu vieillissant et triste. 

1/5

Vnitroblock

1/5

A première vue, l'endroit semble d'entrée atypique, des allures d'usine désaffectée dans un cadre de musiques et œuvres contemporaines, c'est un peu le principe de notre bar préféré de la capitale ! Vous pouvez même faire des petites réunions entre collègues dans des petites pièces fermées, cet endroit est vraiment cool, et il nous met en appétit. A Prague, après l'Ukraine, la Slovaquie et la Russie, la 4ème communauté étrangère est Vietnamienne, voilà plus qu'un indice...

Banh-mi-ba, cette chaîne de restaurants vietnamiens est très connue dans la capitale, les plats sont très bons et consistants, une fois sortis de là, on continue la promenade en longeant le canal de l'est vers le nord.

Vieux port Industriel

En longeant le canal, vous vous demanderez parfois si le port est laissé à l'abandon ou pas, nous aussi on a un doute d'ailleurs. Rien de particulier ici, hormis peut-être une église sur un bâteau qui était fermée, on se dirige vers le DOX.

DOX

Ce centre d'art contemporain est facilement accessible, mais pas vraiment fait pour les touristes. Un nombre incalculable d'étages, on voit plus ça comme une faculté d'études supérieures d'arts. On prend maintenant le tram vers Mala Strana et on reprend de la hauteur.

Mur de la Faim

Hladová zeď

On rejoint le quartier de Mala Strana en tram. Arrivé au bord de l'espace vert qui contient notamment la tour Petrin, on entre non loin des Jardins Kinsky et c'est parti pour une longue montée jusqu'à la porte du Mur De La Faim. Ce haut mur blanc est en réalité un ancien rempart de défense du XIVe siècle. Initialement, vue sa forme il fut appelé le 'mur denté' mais, quand une famine frappa la région en 1361, les plus pauvres vinrent participer aux travaux d'édification afin de gagner assez d'argent pour pouvoir manger, d'où le nom adopté. Le chemin y menant est vertigineux et vous offre donc encore de très belles vues, vous commencerez à bien vous repérer dans la ville avec les différents repères (Château, Vitkov).

1/5

On redescend ensuite vers l'île Kampa. Sur le chemin on longe le funiculaire, et on a de la compagnie !

KAMPA

1/5

Cet îlot- parc est situé sur l’île qui sépare la Vltava d’un de ses bras, la Čertovka, sur laquelle s’élève la grande roue de l’ancien moulin du Grand-Prieuré qui s’y dressait déjà en 1400. Il s’agit de l’un des endroits les plus romantiques et les plus pittoresques de Prague, Kampa a d'ailleurs été élu deuxième plus belle île urbaine au monde par le prestigieux site de voyage VirtualTourist. Les pelouses de l’île sont un lieu idéal pour les pique-niques et la détente en général.

On en profite donc pour boire un verre devant les pingouins jaunes avec vue sur le pont Charles.

Statues de bébés

Miminka Babies

On en avait déjà aperçu 7 de loin sur la tour de télétransmission le premier jour, cette fois-ci on voit les 3 dernières de plus près. David Cerny est présent partout dans la capitale. Elles mesurent 350 cm de long et 260 cm de haut, et leur visage est remplacé par un code-barre. Elles sont ici collées au musée Kampa.

1/3

Mur John Lennon

Lennonova zeď

Et là, c'est la déception générale, unanime. A priori, le mur sera abattu et reconstruit pour les 30 ans de l'indépendance, ce qui n'aura donc plus aucun sens, c'est un symbole de la ville qui s'éteint, nous sommes très déçus...

église enfant de jesus de prague

Kostel a Pražské Jezulátko

Cet édifice baroque date de 1611 et fut rénové entre 1634 et 1669. Il est célèbre avant tout pour la statuette de l’Enfant Jésus qu’il abrite : originaire d’Espagne, elle fut offerte au Carmes par Polyxène de Lobkowicz en 1628. La figurine de cire dispose de 2 couronnes et 46 robes changées 10 fois par an, au fil des saisons, selon une tradition immémoriale. Il y a quand même beaucoup de monde, notamment devant l'église.

Jardin vrtbovská

Vrtbovská zahrada

1/11

Ici, vous vous croirez dans un Disney, c'est féerique ! L'entrée est payante mais vaut vraiment le coup, des vues improbables, avec des couleurs partout, ça égaille notre fin de journée.

Ce jardin baroque date de 1720, il est l'oeuvre de František Maxmilian Kaňka. Son terrain penché lui fait prendre une sacrée dimension.

A l'accueil, il y avait aussi accès à une exposition assez drôle.

Église Saint-Nicolas

Kostel sv. Mikuláše

C'est l'église la plus célèbre et la plus impressionnante de la capitale et pour cause; l’impressionnante coupole mesure 20 m de diamètre, et la hauteur intérieure, jusqu’à la lanterne, dépasse les 49 m, ce qui en fait le plus grand intérieur de la ville. Des concerts ont lieu dans l'église et mettent à profit le vieil orgue du XVIIIe siècle. L'entrée est payante, on a pas pour habitude de payer pour entrer dans une église, mais elle est vraiment impressionnante et on peut monter dans les étages aussi.

1/6

Rue étroite

Wąska Uliczka

1/3

Dans le genre insolite, on peut difficilement faire mieux. Voici la rue la plus étroite de la ville. Un feu y est placé pour respecter le sens de circulation car on ne passe pas à 2. L'histoire raconte qu'à l'époque une touriste est restée bloquée dedans et a du être évacuée par les pompiers.

Piss sculpture

Encore une oeuvre du célèbre Černý, cette fois un peu plus provocante, faite en 2004. Il faut cependant savoir que l'artiste (53 ans) a toujours affirmé ses idées politiques et eu un goût pour la provocation (il n'aurait pas fait long feu chez nous d'ailleurs). Il parait qu'avec une application et un sms on peut commander aux statues d'écrire quelques chose dans l'eau.

Ça fait forcément tourner la tête aux passants et ça fait de la pub pour le musée Kafka devant lequel elles se trouvent.

Début de soirée, petit passage chez Ferdinand oblige, on repart vers Žižkov pour manger, oui on commence déjà à avoir nos petites habitudes. On vous conseille le restaurant Pardubická pivnice u Járy, c'était savoureux et l'endroit un peu traditionnel et ancien plein de charme.

Fin de cette 4ème journée.

Jour 5

Staré Město

Le soleil nous avait manqué, aujourd'hui on va jouer les classiques. Je pense que la plupart des gens qui vont à Pragues ne font qu'une partie de cette journée pendant tout leur séjour. Les premières images que vous voyez sur les cartes postales, et forcément des endroits assez bondés, on va voir tout ça aujourd'hui, après un bon petit déjeuner à l'hôtel, let's go !

Agnès de Bohême

Klášter sv. Anežky České

Le couvent Sainte-Agnès fait partie des édifices gothiques les plus importants de Prague. Il fut fondé dans les années 1230 par la princesse Agnès de Bohême et son frère, le duc de Bohême Venceslas Ier. Tous les locaux les plus importants sont accessibles, y compris l’oratoire de sainte Agnès, le sanctuaire du Saint-Sauveur et l’église Saint-François, dans laquelle est conservée la dépouille du duc Venceslas Ier. On a quand même réussi à faire presque la moitié du musée à l'étage avant qu'on vienne nous cherche en nous disant que c'était payant, enfin c'est ce qu'on a cru comprendre. L'endroit est plutôt sympa mais bien bobo, on est au centre en même temps...

1/8

Tour Poudrière

Prašná brána

1/5

Bâtie en 1475, la Tour Poudrière constitue la porte d’entrée monumentale de la Vieille Ville qu’empruntaient autrefois les processions de couronnement des rois de Bohême. Elle doit son nom au fait qu’elle servit longtemps de dépôt de poudre à canon. Elle est encore aujourd’hui le point de départ de la Voie royale qui traverse la Vieille Ville pour remonter jusqu’au Château. Au sommet, la tour comporte une galerie située à 44 m de hauteur.

Ensuite, on arrive dans les rues piétonnes, commerçantes. On a le choix parmi les nombreux musées présents, de cire, de sexe, c'est celui de la torture qu'on choisit.

Musée de la torture

Malgré les notations maps bien variées, on a trouvé ce musée plutôt sympa. Situé dans les sous-sols, les décors sont soignés. C'est sûr que ce n'est pas le musée de l'année mais vous passerez un bon moment avant d'arriver sur la grand place.

1/8

On arrive ensuite sur la grand place de la ville, la Staroměstské náměstí (place de la Vieille Ville). En premir lieu, il y a l'église de Notre-Dame de Tyn (Chrám Matky Boží před Týnem), mais elle est fermée le midi...

Ensuite, en plein milieu de la place, vous verrez le mémorial Jan Hus. Il a été dévoilé en 1915 pour commémorer le 500e anniversaire du martyre de Jan Hus . Le mémorial a été conçu par Ladislav Šaloun et payé uniquement par des dons publics.

Palais Kinsky

Palác Kinských

1/2

Ce bâtiment situé à côté de l'église Notre-Dame de Tyn est richement orné de stucs et de sculptures. Il a été le témoin de nombreux événements historiques, et abrite aujourd’hui des expositions de la Galerie nationale de Prague. Pas très aimable à l'accueil, puis l'exposition présentée ne nous intéressait pas trop.

Église Saint-Nicolas

Kostel sv. Mikuláše

Construite sur les plans de l'architecte Kilian Ignace Dientzenhofer entre 1732 et 1737, elle est d'abord vouée au culte catholique ; au XIXe siècle, elle est utilisée par l'Église orthodoxe ; enfin, après la Première Guerre mondiale, elle entre dans le giron de l'Église hussite tchécoslovaque. Dotée d'une acoustique de bonne qualité ainsi que d'une excellente accessibilité au cœur de la vieille ville, c'est le théâtre de nombreux concerts, notamment d'orgue. Elle est située à moins d'un kilomètre de l'église du même nom, quartier Mala Strana, qu'on a vu la veille, de l'autre côté de la rive.

1/3

Sur l'autre coin de la place, il y a l'hôtel de ville, mais une drôle d'horloge y est posée.

Horloge astronomique

Pražský orloj

1/3

Bâti en 1338, l’hôtel de ville était au départ le siège de l’administration autonome de la Vieille Ville de Prague. La partie la plus ancienne de ce complexe de bâtiments, de style gothique, consiste en une magnifique tour flanquée d’une chapelle en encorbellement et ornée d’une extraordinaire horloge astronomique sur laquelle apparaissent toutes les heures (de 9 h à 23 h) les marionnettes des 12 apôtres,et c'est bien cette partie là de la tour qui vole la vedette au reste du bâtiment. Détruite lors du Soulèvement de Prague, le 8 mai 1945, l’aile est du bâtiment, de style néo-gothique, ne fut jamais reconstruite.

Plus moyen de retrouver le nom du restaurant où on a déjeuné, mais c'était très bien servi, le chou et le canard étaient parfaits, et le prix était très abordable en plein centre (moins de 40 euros). Je ne l'ai pas noté sur maps, et avec toutes ces petites ruelles...

En sortant, on goûte la pâtisserie traditionnelle du coin, le trdelnik ! Pourtant originaire de la ville de Skalica en Slovaquie, cette sucrerie en forme de cylindre à base de farine enroulée autour d'une brochette en bois, puis grillée à la braise, où l'on rajoute souvent du chocolat, un pur délice !

1/3

Marché Saint-Gall

Havelské tržiště

Ce marché, le seul a être resté dans le centre historique de Prague, date de 1232. Au départ, il s’étendait sur de nombreuses rues. Il n'est pas très grand mais vous trouverez tout les souvenirs de la ville sous tout les formats, ainsi que de l'alimentaire et vestimentaire. Il a surtout lieu tout les jours.

La pendaison de Sigmund Freud

zavěšeného Sigmunda Freuda

1/3

Encore une oeuvre de David Cerny, c'est vrai que la ville en compte une bonne dizaine et on les aura presque toutes vues. Celle-ci date de 1997 et elle représente Freud. Elle a été installé dans de nombreuses capitales mondiales.

Embryo

A 200 mètres de Sigmund, vers la rive, se trouve une autre oeuvre tout aussi atypique, EmbryoIl s’agit d’une descente de gouttière qui en son milieu donne à voir un embryon humain. A noter que l’œuvre, une fois éclairée, prend une dimension particulière la nuit venue.

Ice pub

1/6

On avait testé celui de Rome, celui-ci est bien différent. Beaucoup moins discret, beaucoup plus aguicheur, il est moins travaillé que l'Italien, les entrées se font par groupe et un minuteur de 30 minutes se déclenche à votre entrée (dans mes souvenirs c'était moins, 20 max, mais j'ai reprise l'info du site). Bien-sûr, on vous fournit gants et combinaison car il fait -7° une fois à l'intérieur, vous avez aussi droit à une conso, santé !

Pont Charles

Karlův most

Après l'horloge astronomique vient l'autre symbole le plus significatif de Prague, et même le premier que l'on voit partout, dans chaque souvenir. Ce pont, le plus vieux de Prague, fut édifié à la place du pont Judith, lequel avait été emporté par les inondations en 1342. D’abord appelé Pont de pierre, puis pont de Prague, c’est à partir de 1870 qu’on commence à l’appeler pont Charles, en souvenir de son fondateur, l’empereur Charles IV, qui en avait posé la première pierre en 1357. Le pont, achevé en 1402, est bâti en blocs de grès et flanqué de tours à chacune de ses extrémités (côté Malá Strana et côté Vieille Ville). Entre 1683 et 1928, 30 statues de saints réalisées par des artistes tels que M. Braun ou F. M. Brokof viennent progressivement orner chaque pile du pont. La plus célèbres d’entre elles est certainement celle de saint Jean Népomucène. Ce passage était forcément obligatoire et la foule est dense, mais c'est vrai que le charme est là. Comme on vient de la vieille ville, on passe par la Tour du pont de la vieille ville (Staroměstská mostecká věž).

1/6

On a déjà visité le quartier de la Nouvelle Ville hier, donc on revient sur nos pas en faisant le pont dans les 2 sens. On passe devant l'église Saint-Sauveur de Prague (Kostel Nejsvětějšího Salvátora), direction le CLementinum (Klementinum) et là, énorme déception, c'est anormalement fermé au moment de notre visite (15h30 en pleine semaine, bizarre). Ce bâtiment fut construit entre le XVIe siècle et le milieu du XVIIIe siècle pour les frères jésuites. La visite comprend notamment la plus grande bibliothèque du pays, et même d'Europe, avec de magnifiques globes terrestres, les photos sur le net sont impressionnantes, la visite avait l'air superbe, ça fait beaucoup de choses fermées quand même...

On se dirige donc vers la dernière visite de la journée avant un moment détente, le Quartier Juif.

Vieux Cimetière juif

Starý židovský hřbitov

1/11

Ce cimetière fut fondé dans la première moitié du XVe siècle. Des gens y furent inhumées jusqu’en 1787. La personnalité la plus importante enterrée dans le Vieux Cimetière juif est sans conteste le grand rabbin Yeouda Loew ben Bezalel, dit aussi Rabbi Löw, un érudit et pédagogue mort en 1609 et dont la figure est liée à une créature légendaire de Prague : le Golem. La visite est impressionante et fait froid dans le dos, c'est un passage obligatoire !

Mais la visite ne se limite pas qu'au cimetière, synagogues, expositions, vous vous baladerez dans le quartier avec des rappels notamment de Terezin !

1/9

Une fois la visite terminée, on se dirige vers le dernier lieu de la journée, le moment détente que j'ai réservé pour ma chérie et moi, je ne l'avais pas prévenu, petite surprise.

BEER SPA PRAGUE

PIVNÍ LÁZNĚ PRAHA

On en voit de plus en plus en photos sur les réseaux. Les spas à la bière se répandent de plus en plus en Europe, et c'est de la République-Tchèque qu'ils sont originaires. Le cadre est magnifique, traditionnel, fausse cheminée, vous vous baignerez dans une sorte de baignoire en tonneaux, dans de la bière. Oui, oui, on le prépare devant vous, avec les différents céréales, qui rendent l'eau pourpre, petite pompes, bière blonde et brune, en illimités, petite musique, l'endroit est romantique. Evidemment la pièce est privatisée, vous pouvez être de 1 à 4, soit un par tonneaux soit 2. La chaleur de l'eau, des bulles, et les pintes qui coulent à flot, comment allier que des choses positives. Vous pourrez même vous reposer sur un matelas de paille. Comptez une centaine d'euros l'heure, qui passe très vite, mais c'est à vivre quand on passe à Prague ! Il y en a plusieurs différents dans la capitale.

1/6

On avait réservé 2 heures, on sort de là à plus de 19h30, détendus, prêts à aller manger. Mais après un passage chez Ferdinand, on a eu du mal à trouver un restau ouvert et 2 places  à 21 heures. On finit dans un fast food turc à Holesovice, non loin du parc Letna.

Encore une grosse journée qui se termine, et demain, c'est la dernière.

Jour 6

Staré Město

Dernier jour aujourd'hui et encore un gros programme. Attention, l'avion n'est pas tard dans la soirée. Direction le quartier Vyšehrad pour un dépaysement totale une fois de plus ! Mais d'abord, on va vers le cimetière qu'on a raté le premier jour car il était trop tard.

cimetière olšany

Olšanské hřbitovy

S'étendant sur plus de 50 hectares, c'est le plus grand cimetière de la ville. On a cherché désespérément la tombe de l'écrivain Franz Kafka, très connu, mais sa sépulture est sur l'autre partie du cimetière, de l'autre côté de la route, on pouvait chercher longtemps.

Synagogue jubilaire

Jubilejní synagoga

1/8

Construite à partir de 1905, c'est la plus grande et la plus récente synagogue de la capitale et même en période de travaux avec ses échafaudages, elle est magnifique ! La visite est payante (3e (80k), 1.50 tarif réduit) mais elle vaut franchement le coup. Il y a un étage qui vous permettra de voir davantage les détails des fresques.

Place Venceslas

Václavské náměstí

C'est l'une des place principale de la ville. Ses deux allées parallèles sont jonchées de commerçants en tous genres. Elle était appelée autrefois le Marché aux chevaux. A son extrémité se situe notamment le musée National de Prague. Elle est dédiée au saint patron du pays, Venceslas Ier de Bohême dont la statue équestre domine le haut de la place. En parlant de chevaux, on se dirige vers les dernières oeuvres de Cerny du séjour.

Cheval

Kůň

Situé dans le palace Lucerna, on est passé là par hasard pour rejoindre la rue derrière. Accroché depuis 1999, cette oeuvre ironise sur la même statue présente sur la place à quelques pas d'ici. Ici, le saint patron des Tchèques, Saint Venceslas, chevauche la bête morte, à l'envers, la langue pendante. Ca fait un peu froid dans le dos, mais on commence à être habitué avec David Černý .

Tête de Franz Kafka

Franz Kafka Otočná hlava

Situé au cœur d'un quartier d'affaires, c'est encore à David qu'on doit cette oeuvre de 2014.

Les 42 strates mobiles de cette statue de 11 mètres de hauteur, pour 39 tonnes, composent le visage du célèbre écrivain praguois Franz Kafka. C'est encore une édifice qui attire les regards, et c'est assez ingénieux pour le coup.

Maison dansante

Tančící dům

1/3

C'est indéniablement le symbole architectural le plus frappant de la ville. Édifié en 1996 par 2 grands architectes du pays, ce bâtiment s’inspire des pas de danse d’un célèbre couple de danseurs, Fred Astair (symbolisé par la tour de pierre) et sa partenaire Ginger Rogers (la tour de verre). La Maison qui danse abrite un musée et un restaurant avec terrasse panoramique d’où vous pourrez admirer Prague sur 360 degrés. Arrivé là, on va longer le fleuve vers le château, c'est Náplavka (habituellement plus animé notamment avec son marché).

C'est indéniablement le symbole architectural le plus frappant de la ville. Édifié en 1996 par 2 grands architectes du pays, ce bâtiment s’inspire des pas de danse d’un célèbre couple de danseurs, Fred Astair (symbolisé par la tour de pierre) et sa partenaire Ginger Rogers (la tour de verre). La Maison qui danse abrite un musée et un restaurant avec terrasse panoramique d’où vous pourrez admirer Prague sur 360 degrés. Arrivé là, on va longer le fleuve vers le château, c'est Náplavka (habituellement plus animé notamment avec son marché).

Pause déjeuner, on s'arrête à U Dobré Myšlenky, restaurant assez bondé où on sent les habitués, le service sur le pouce tchèque (rapide) qu'on apprécie pour ne pas perdre trop de temps. Burger sivocka, tagliatelles carbonara pour madame, et on repart.

A noter tout de même, moins de 15 euros pour 2 avec entrée, plat et boisson.

La République-Tchèque ne vole pas les touristes comme certains autres pays de l'est, c'est certain. Allez on se rapproche du château, on va prendre de la hauteur, super pour la digestion. D'ailleurs, on s'en rapproche en passant par la belle villa Kovařovic (désolé la photo est vraiment dégueu).

Vyšehrad

Vyšehrad, ses hauteurs, son cimetière, son jardin, son château, ses remparts. 

C'est le tout premier siège des ducs de Bohême, mais le château lui-même ne fut édifié qu’au milieu du Xe siècle. Le parc qui s’y étend recèle des trésors d’architecture, notamment la magnifique rotonde romane Saint-Martin, l’église néo-gothique Saints-Pierre-et-Paul ou encore une forteresse souterraine dont les salles contiennent les originaux de certaines des statues du pont Charles.

Pour une fois on ne vous guidera pas, surtout qu'après à force d'écrire, la page deviendra interminable. Perdez-vous dans ce quartier atypique, encore différent des autres. Il a autant sa place que les autres dans ce programme, charme garanti. Une fois que vous aurez fini, redescendez vers le parc Folimanka.

1/11

Parc-Bunker folimanka

Park-Kryt Folimanka

Ce parc est plutôt sympa, mais on était essentiellement venu pour la visite de ce bunker. Construit initialement pour la guerre froide, il pouvait contenir plusieurs milliers de citoyens. Malheureusement, les visites se font très rares, et nous n'étions pas au courant de cela. Manque d'organisation ou simple manque de chance? 

R2

Le genre d'étape d'itinéraire qui me fait tripper, surtout quand il faut remonter des pentes super vertigineuses pour y arriver.

Église Notre-Dame de l’Assomption

Kostel Nanebevzetí Panny Marie

1/4

Deux choses sont assez originales dans ce lieu, même si l'église était fermée. Premièrement, le musée de la police y est collé, avec des voitures anciennes garées devant l'édifice, et secondement, cette couleur rose peu commode sur une église.

Cet ouvrage impressionnant, surmonté d’une voûte en étoile, fut édifié par Charles IV, juste en face de la colline de Vyšehrad. Il s’agit de la plus ancienne crèche de toutes les églises de Prague. Direction maintenant un jardin botanique d'université, un classique dans nos city-trips.

Jardin botanique de l'université charles

Botanická zahrada Přírodovědecké fakulty UK

Ce jardin botanique a ouvert ses portes en 1898, et s’est progressivement agrandi avec un arboretum, des serres, des bassins et un grand jardin alpestre. Aujourd’hui, tous ces différents éléments forment une oasis de verdure dans le centre de la ville, la visite est plutôt agréable et même là, il y a du relief.

1/5

Cloître d'Emmaüs
Emauzské opatství

1/5

Voici le monastère des Frères slaves, dont l’église fut détruite en 1945 lors d’un bombardement. Fondé en 1347 par Charles IV, le monastère devint rapidement un centre important pour la culture, les arts et la littérature slaves. Le cloître abrite encore les vestiges de magnifiques fresques gothiques, et l’église Notre-Dame est décorée dans le style de l’école de Beuron. Quand on s'y balade, on pourrait se croire à Poudlard dans les couloirs. La visite est payante, même si elle ne coûte presque rien. C'était la dernière visite du séjour.

Il ne nous reste plus qu'à retourner sur le pont Charles, accompagné d'un trdelnik, avant de retourner à l'hôtel chercher nos valises et repartir vers l'aéroport.

© Ch'ti's Travels - 2020 - Voyages