© Ch'ti's Travels - 2019 - Voyages

des Mazures vers le sud jusque Charleville

Notre programme

29 juin 2019

Dernier jour dans les Ardennes françaises et il fait toujours aussi chaud. On rend le logement et on décolle du camping vers 10h30. Direction Charleville-Mézières, en passant par le château de Montcornet d'abord, qui est fermé à cette heure-ci.

Le château étant donc fermé le matin, on décale vers le point le plus au sud de la carte, le fort des Ayvelles.

Fort des ayvelles

En visite libre ou guidée, vous serez en immersion dans une période de l'Histoire de France, celle comprise entre 1870 et 1914. Un parcours vous fera découvrir le Fort Serré de Rivières et ses remarquables échauguettes.

Il comprend un ouvrage principal, le fort, et un ouvrage annexe de taille plus réduite, la batterie, les deux étant reliés par un chemin protégé long de 600 mètres. Initialement prévu pour interdire à l’ennemi l’accès au système ferroviaire dont un nœud se trouve aux gares de Mohon et Charleville, le fort se retrouve pourtant en première ligne lors de l’invasion allemande au mois d’août 1914.

Encore une fois, malgré le fait qu'il ferme de midi à 14h, et qu'il ne soit que 11h10 à notre arrivée, on nous informe qu'il est trop tard pour y entrer, décidemment...

Ce fort était autrefois l'axe principal de défense de la ville. On se dirige donc vers le centre de Charleville pour voir un autre moyen de défense, les remparts de la ville avec la Tour du Roy.

1/3

Basilique Notre Dame D'espérance

Cette église de style gothique, fut bâtie pendant 120 ans, à partir de 1499.

L'étroitesse de la nef centrale et l'absence de chapiteaux accentue l'impression de hauteur (18 m). L'intérieur sobre et dépouillé a été restauré après le bombardement de 1944.

Elle est éclairée par une étonnante parure de vitraux modernes réalisés entre 1954 et 1979 sur les cartons du peintre René Dürrbach. Le nom « Notre-Dame de l'Espérance » a été donné à l'église au début du XIXe siècle lorsqu'elle reçut la statue de la Vierge Noire vénérée auparavant dans une chapelle située à proximité. Son orgue est aussi impressionnant.

Elle est ouverte toute l'année chaque jour de 10 à 18h.

1/4

La faim commence à se faire ressentir. Si vous avez un pique-nique, vous pourrez manger tranquillement au square Cardot, des jardins très bien entretenus.

Cependant, reprenez la voiture car les 2 kilomètres et demi à pied depuis la basilique sous 34 degrés ça fait mal surtout que la ville n'est pas très jolie.

On repart pour se rapprocher encore du plein centre. On longe la Meuse vers l'est pour se rapprocher d'un natif de la ville bien connu, Arthur Rimbaud.

Musées Arthur Rimbaud

Situé au bord de l'île du Vieux Moulin, avec notamment son embarcadère, ce bâtiment constitue le musée d'Arthur Rimbaud. Beaucoup de ses œuvres y sont présentes ainsi que l'histoire de sa vie. La ville est très fière de son poète.

On retrouve d'ailleurs des tas de fresques aux différents dictons ou vers de poèmes sur les bâtiments de la ville.

Les horaires du musée sont 11:00–13:00 et 14:30–18:00.

Gratuit pour les moins de 26 ans, le ticket vous donne aussi accès à la Maison des Ailleurs et le musée des Ardennes.

La Maison des Ailleurs est l'endroit où Arthur Rimbaud a vécu son enfance.

Située juste à côté du musée, et haute de 2 étages, le vieux parquet et les différents audios donnent un aspect assez vintage et lugubre à la visite.

On se dirige ensuite vers la place de la ville, au sud, par la rue perpendiculaire à celle-ci.

Avant de parler de la place, on fait le dernier musée, celui des Ardennes.

Étalé sur plusieurs étages, il retrace l'histoire du département des temps préhistoriques aux temps modernes avec les évolutions de la faune, la flore, et l'Humain.

Vous pouvez facilement y passer quelques heures.

En sortant on est directement sur la grand place de la ville, la place Ducale.

Place Ducale

Elle fut construite en 1606, par un architecte renommé, formé aux arts italiens et proche de la cour des Médicis : Clément Métezeau, frère de Louis Métezeau, architecte de la place Royale (aujourd'hui Place des Vosges) à Paris. Il veut une ville harmonieuse, symétrique et moderne. L'architecte choisit un plan en damier basé sur le chiffre 4 : une grande place rectangulaire d'où partent 4 axes principaux qui desservent 4 quartiers dotés chacun d'une place secondaire. La "Place Ducale" (126 m. / 90 m.) comprend 23 pavillons identiques de 4 niveaux comportant 4 travées reposant sur 4 arcades.

Elle est à la fois impressionnante, magnifique, et reposante.

On ne se fait pas prier pour s'arrêter sur une terrasse et boire une bonne bière de la région; la Ardwen.

1/6

Bon, on ne va pas se mentir, on est un peu déçu par la ville, LA grande ville du coin.

Il est 15h30, on retourne au Fort des Ayrelles ou au Château de Montcornet?

Il semblait plus impressionnant de l'extérieur, on repart donc vers le nord et le château avant de rentrer sur Lille.

Château de Montcornet

1/15

Cette forteresse médiévale construite entre les XIe et XIIe siècles est assez grande et très bien exploitée. Depuis cinquante ans, un énorme travail de déblaiement et de restauration ont permis la visite. De plus, le fruit des découvertes est installé dans un petit musée à l’intérieur du château (monnaies, poteries, verres, armes, pipes et autres objets de la vie quotidienne). Cette forteresse est, dans l’architecture féodale, un exemplaire unique de l’adaptation à l’artillerie à feu (casemates, boulevard, gaine de déambulation, murs de 5 mètres  d’épaisseur). La visite n'est pas guidée, mais un grand plan vous est prêté à l'entrée avec des dizaines d'annotations et un ordre de visite. Vous vous déplacerez dans les différentes pièces, comme la salle des armes, les souterrains ou encore le donjon. Vous passerez sans aucun doute un très bon moment dans ce superbe monument !

Le château est géré par une association, il faut compter 5 euros pour l'entrée.

Il est 17h30, l'heure pour nous de rejoindre le Nord.